France. Patrice Guezello : « Le créole reste une langue kaf, la langue du Nègre, la langue des pauvres

By 28 mars 2012Média

Interview de Patrice GUEZELLO réalisé par la journaliste S. COCO.

Paris. Mardi 27 mars 2012. CCN. Patrice Guezello conteur et formateur a quitté sa Réunion natale il y a une dizaine d’années pour s’installer en France. Avec sa casquette de formateur, il dispense des cours de français aux étrangers. Lorsqu’il redevient conteur, il anime des ateliers de conte, en créole et en français, ouvert à tous. […] CCN : L’oralité est importante à la Réunion. A l’heure de l’omniprésence des écrans interactifs, la tradition orale de la Réunion est-elle en danger ? PG : J’ai du mal à parler de danger parce qu’il y a l’idée, en se disant « est-ce que c’est en danger ? », qu’on ne peut plus rien faire. Et même si parfois je me demande si, un jour, je verrais, pas le bout, c’est prétentieux, mais, en tout cas, les résultats, les fruits de mes petits mouvements que j’essaie de faire modestement. Effectivement, il y a quelque chose à faire, plutôt qu’un danger. Il y a des choses à faire. La question, que ce soit des écrans ou autre, a une énorme part là-dedans mais ce n’est pas spécifique à la société réunionnaise. C’est peut-être plus accru parce que le changement était plus brutal. Je pense effectivement qu’il y a besoin de se réapproprier ces moments qu’on ne peut faire qu’en famille. Ce qui préserve les choses à la Réunion par exemple, c’est le fait de faire ce qu’on appelle des parties en créole, des pique-niques au bord de la mer où toutes les générations sont réunies ensemble et, là, effectivement, ça préserve encore un peu ça mais les choses vont très vite. Il y a des choses à faire. Il y a un danger, oui, mais pas un problème. Ce n’est pas irréversible. En se battant, on peut y arriver.

X